Fiat Chrysler et Peugeot en France fusionnent et créent le plus grand constructeur automobile au monde

Le groupe PSA et Fiat Chrysler Automobiles ont convenu de s'associer dans le cadre d'un accord qui créera le quatrième constructeur automobile mondial.


Une fusion qui permet de rivaliser avec les concurrents

Les constructeurs automobiles français et italo-américains ont signé un accord contraignant pour une fusion 50-50 de leurs entreprises, ont-ils déclaré mercredi dans un communiqué.
La société issue du regroupement sera dirigée par le PDG de PSA, Carlos Tavares, le président de Fiat, John Elkann, occupant le même poste au sein de l'entreprise agrandie.
La fusion créerait une puissance régionale pour rivaliser avec Volkswagen AG en Allemagne et aurait une valeur boursière d'environ 46 milliards de dollars, dépassant Ford Motor Co.
Le rapprochement rassemble également deux dynasties automobiles - le clan milliardaire Agnelli d'Italie, dirigé par le président de Fiat, John Elkann, et les Peugeot de France.
Cette combinaison donnera au constructeur Peugeot PSA une présence de longue date en Amérique du Nord et devrait aider Fiat à gagner du terrain dans le développement d'une technologie à faibles émissions.
Pourtant, cela ne corrige pas toutes leurs lacunes, a déclaré mardi à Bloomberg Television Juergen Pieper, analyste chez B. Metzler Seel Sohn & Co..

Un défi dans le développement d'automobiles à technologies électriques et autonomes

L'entreprise manquera toujours de «très bonnes marques haut de gamme» ainsi que «d'une bonne position en Chine», a-t-il déclaré.
Comme les dirigeants de l'industrie, Tavares et Elkann réagissent à la pression croissante de mutualiser les ressources pour le développement de produits, la fabrication et les achats face aux guerres commerciales et à un virage coûteux vers les technologies électriques et autonomes.
Les sociétés visent à retirer 3,7 milliards d'euros de synergies annuelles de l'opération, sans fermer aucune usine, inchangé par rapport à l'objectif annoncé lors de la publication de leurs discussions de fusion il y a six semaines.
Les défis seront multiples, de l'amélioration des opérations européennes de Fiat en difficulté à la mise en place de nouvelles règles strictes en matière d'émissions qui entreront en vigueur l'année prochaine en Europe. Tavares, connu comme un réducteur de coûts au nez dur, devra également naviguer dans les courants politiques croisés en France, en Italie et aux États-Unis, où les constructeurs automobiles ont de profondes racines nationales.
Pourtant, il s'est déjà attaqué à des emplois difficiles. Tavares a ramené le constructeur français du bord du gouffre après avoir pris le relais en 2014, et a relancé la marque Opel déficitaire après l'avoir acquise auprès de GM il y a deux ans.
La société chinoise Dongfeng Motor Corp., qui détient 12% de PSA, verra sa participation dans la société fusionnée baisser à 4,5% à la suite de la fusion et de la vente d'une partie de sa participation au constructeur automobile français.
La participation de Dongfeng dans PSA a attiré l'attention en raison de la possibilité qu'elle puisse interférer avec l'approbation réglementaire américaine pour l'accord. Le conseiller économique américain Larry Kudlow a déclaré le mois dernier que l'administration Trump examinerait le projet de fusion, car l'accord donnerait au constructeur automobile chinois une participation dans la société issue du regroupement.
Tavares, lors d'un appel avec des journalistes, a déclaré que les entreprises ne s'attendent pas à des problèmes importants de la part des régulateurs antitrust.

Date de création : 2019-12-18
Auteur :

0 Avis

Pas encore d'avis.

Déposer un avis

Accéder au site complet
© Gralon 2011-2023