Le syndrome du côlon irritable : symptômes et remèdes

Ballonnements, douleurs abdominales et troubles du transit sont les symptômes du syndrome du côlon irritable. Ce problème, qui concernerait 10 à 20% de la population française, est généralement bénin. Mais il n’est en pas moins très gênant au quotidien.


Qu'est-ce que le syndrome du côlon irritable ?

Le syndrome du côlon irritable, aussi appelé colopathie, ne résulte pas d’une anomalie ou d’une lésion de l’intestin.
Ce trouble serait plutôt lié à une hypersensibilité de la paroi du côlon (ou gros intestin) et à une motricité capricieuse du côlon, tantôt hyperactive et tantôt paresseuse.
A noter : la colopathie est un problème fréquent qui concernerait 10 à 20% de la population française ; il touche 2 à 3 fois plus de femmes que d’hommes.

Quels sont les symptômes du syndrome du côlon irritable ?

Le syndrome du côlon irritable se manifeste principalement après les repas par des douleurs abdominales (d’un côté ou au bas du ventre, ou même dans tout l’abdomen).
La colopathie peut provoquer des douleurs intenses (contractions, spasmes, brûlures) associées à des ballonnements. Elle s’accompagne fréquemment de troubles du transit intestinal : diarrhée, constipation ou alternance des deux.
Cette maladie se manifeste sous forme de crises qui durent environ 6 jours et peuvent être provoquées par des facteurs alimentaires mais aussi psychologiques (stress ou contrariétés).
A noter : si ces troubles intestinaux s’accompagnent de sang dans les selles ou de douleurs persistantes, votre généraliste vous adressera à un gastroentérologue pour des examens complémentaires comme une coloscopie ou une fibroscopie.

Quels sont les traitements du syndrome du côlon irritable ?

Le syndrome du côlon irritable est une maladie généralement bénigne, qui n’entraîne ni fièvre ni amaigrissement. Elle est cependant pénible au quotidien.
Pour soulager les symptômes tels que les douleurs et les spasmes, votre médecin peut vous prescrire des antispasmodiques. Les médecins prescrivent aussi parfois des anxiolytiques, dans le cas de crises rapprochées accompagnées de troubles anxieux.
Dans les cas moins sévères, une meilleure hygiène de vie et des séances de relaxation peuvent aider à soulager les symptômes.

Quelle alimentation adopter ?

Pour soulager le syndrome du côlon irritable, il est recommandé de changer ses habitudes alimentaires.
Il est notamment conseillé de :
• limiter les aliments qui irritent l’intestin : café, alcool, épices, haricots blancs, lentilles, choux et artichauts
• alterner le pain complet et le pain blanc
• boire au moins 1,5 l d’eau par jour
• préférer les cuissons sans matières grasses, surtout le soir
• conserver une alimentation diversifiée.
En période de crise, on pourra privilégier les aliments peu irritants tels que la viande blanche, le poisson et le riz et éviter les crudités et les laitages.
Il est également important de prendre ses repas à heures fixes et dans le calme et de pratiquer une activité physique régulière, ce qui est excellent pour favoriser le transit et évacuer le stress.

Date de création : 2011-04-07
Auteur :

2 Avis note 4

Pour se protéger du syndrome du côlon irritable il y a l'irrigation côlonique voir article sur http://therachi-ain.fr/wp-content/uploads/2014/01/Lirrigation-Col%C3%B4nique-ce-que-vous-devez-savoir.pdf avec toute mon amitié Bernard B.

c'est pas mal

Déposer un avis

CGU - Gralon - Confidentialité
Accéder au site complet
© Gralon 2011-2019