Astronomie : 5 choses à savoir sur les pulsars

Un pulsar est une sorte d'étoile à neutrons qui se forme lorsqu’une étoile massive explose en supernova à la fin de sa vie. C'est un objet céleste très singulier, dont la découverte a été faite par hasard en 1967. Voici 5 choses à savoir sur ces étonnantes "étoiles pulsantes" ou pulsars.


1- Un pulsar est une drôle d'étoile

Parmi les objets célestes, le pulsar est peut-être la forme d’étoile la plus étrange.
Les pulsars appartiennent à la famille des étoiles à neutrons, ces résidus de l'effondrement gravitationnel d'une étoile massive en fin de vie, quand elle explose en supernova.
Ce sont des étoiles très denses qui tournent sur elles-mêmes en envoyant un signal radio périodique.
Le nom de "pulsar" vient de l'anglais pulsating star qui signifie "étoile pulsante" car ce type d’étoile très particulier envoie périodiquement de très brèves impulsions radio dans l'espace.
L'intervalle entre deux impulsions peut aller de plusieurs millisecondes à plusieurs secondes.

2- Les pulsars tournent sur eux-mêmes comme des phares

On sait aujourd'hui que les pulsars brillent de manière continue, mais que leurs radiations sont émises par deux points opposés de l'étoile.
En tournant très rapidement sur lui-même, un pulsar agit comme un phare qui nous envoie son signal à intervalles réguliers.

via GIPHY


On leur attribue parfois une régularité de métronome mais les scientifiques ont découvert que la régularité des pulsars n'est pas parfaite.
On sait désormais que leur vitesse de rotation décroît très lentement au fil du temps.

3- Ils ont été découvert par hasard en 1967

C'est l'astrophysicienne britannique Jocelyn Bell qui a découvert le premier pulsar alors qu’elle était étudiante en thèse, en 1967.
En examinant les enregistrements d'un radiotélescope destiné à l'origine à détecter la scintillation interstellaire, elle a remarqué un signal apparaissant régulièrement toutes les 1,3373 secondes.
À l’époque, ce signal étrange était différent de tous les signaux radioastronomiques connus.
D’ailleurs, les scientifiques qui l’ont détecté l'ont d'abord surnommé Little Green Man (petit homme vert) car ils ne savaient pas comment interpréter un signal aussi régulier venant de l'espace.
La théorie d'un signal extraterrestre a vite été abandonnée. Il s'agissait en fait d'un pulsar situé dans la constellation du Petit Renard en environ 2000 années-lumière de la Terre.

4- Cette découverte a été récompensée par un Prix Nobel controversé

Si Jocelyn Bell est aujourd'hui connue pour avoir découvert le premier pulsar, c'est son directeur de thèse Antony Hewish qui a obtenu le Prix Nobel en 1974.
Cette injustice a déclenché une très vive controverse au sein de la communauté scientifique.
Après cet épisode, l'astrophysicienne britannique Jocelyn Bell a cependant été maintes fois honorée et récompensée pour son travail et pour l'ensemble de sa carrière.
Elle est docteur honoris causa d’une douzaine d'universités, dont la plus prestigieuse est sans conteste l'université de Harvard aux États-Unis.
Elle a également reçu le Prix de physique fondamentale de la Fondation Yuri Milner et a fait don de cette récompense de 3 millions de dollars à l'Institut de physique de l'Université d'Oxford pour créer une bourse à son nom et aider les catégories d'étudiants sous-représentés en physique.

5- Il en existe des centaines ayant chacun un rythme propre

Aujourd'hui encore, de nombreux chercheurs travaillent sur les pulsars. À ce jour, on en a dénombré environ 2000.
Dans la vidéo ci-dessous, l'agence spatiale russe Roscosmos a transposé les impulsions électromagnétiques de plusieurs pulsars en ondes sonores pour que l'on puisse les entendre.
Voici à quoi ressemble cet étonnant chant des étoiles (les Grecs de l’Antiquité auraient parlé de musique des sphères !) :

Date de création : 2022-03-25
Auteur :

0 Avis

Pas encore d'avis.

Déposer un avis

CGU - Gralon - Confidentialité
Accéder au site complet
© Gralon 2011-2023