Interview Didier Gailhaguet : travailler la motivation !

A quelques mois des championnats du Monde de patinage, au NBAA et dans les autres clubs français, la pression commence à se faire ressentir et pour cela, on peut compter sur la détermination du Président de la Fédération Française des Sports de Glace, Didier Gailhaguet. Rencontre...


"J'aime le talent et l'exploit"

En suivant les programmes libres seniors dames, le président n'a pas gardé la langue dans sa poche mais il ne faut pas lui en vouloir. Les JOapprochent à grand pas et la FFSG serait ravie de ramener quelques médailles, pas si inaccessibles que cela. Si le couple de Vanessa James et Morgan Cipres se ressaisi et retrouve le niveau qu'avait Vanessa avant de patiner en couple, ils pourraient faire partie des bonnes surprises côté français aux côtés de Nathalie Péchalat et Fabien Bourzat en danse sur glace.
Rien n'est impossible pour la fédération...
"J'aime le talent et l'exploit!! Pour moi, le sport doit nous faire vibrer. Quand on regarde une compétition et que l'on s'ennuie, c'est quand même pas bon signe...", Le ton est donné!

Vous craignez que la relève ne soit pas assurée?

Nous travaillons beaucoup. Nous avons la chance d'avoir su trouver de bons patineurs. Il nous est même arrivé d'aller en chercher assez loin. Le problème que nous avons, n'est pas un problème de talent, mais bien un problème de motivation! C'est bien plus compliqué à gérer au quotidien.
On a du mal à convaincre nos athlètes qu'il faut s'entraîner à l'étranger. Loin de leurs repères, de leurs habitudes, de leurs familles; très peu sont près à faire le sacrifice de quelques déplacements en Russie ou aux Etats-Unis par exemple. C'est quelque chose que j'ai du mal à comprendre.
On leur apporte une méthode qui est sans nul doute efficace car ce n'est pas les derniers résultats des russes qui vont montrer le contraire... Et malgré tout, les Français veulent rester en France. Or sans vivre, un véritable entraînement comme ceux dispensés là-bas, certains déclics ne peuvent pas s'opérer.

Est-ce à dire que vos athlètes ne s'entrainent pas assez?

Aujourd'hui, les jeunes sportifs veulent tout. Avoir une vie normale, comme tous les adolescents, pouvoir sortir, aller à l'école, jouer à la console, profiter de leurs familles. Je peux le comprendre, mais eux, doivent comprendre que dans ces conditions, on ne peut pas devenir le meilleur! Le sport de haut niveau, le podium, ça se mérite!
Et puis, il faut aussi être simplement réaliste. Le travail ne se fait pas tout seul. Le corps a besoin d'heures d'entraînement et au final, par rapport à d'autres équipes, les français sont peut-être ceux qui ont l'emploi du temps le plus léger...

Les Français risquent donc rester loin des podiums ?

Nos sportifs manquent de rigueur. Ils n'ont pas suffisamment le goût de travail, la notion de dépassement de soi. Il ne nous manque pas grand chose pour être 5-7 au niveau européen. Ce n'est pas arrivé depuis Surya Bonali, mais vous savez, 16 ans, est un âge difficile...
La discipline russe est légendaire! On l'admire mais on ne veut surtout pas s'en inspirer et encore moins la copier, c'est discutable. Moi, je ne juge que par le résultat. Du coup, on fait venir des experts, de Russie, de Corée, etc; leurs méthodes sont extrêmes par rapports aux habitudes françaises et vous savez ce que l'on dit sur les Français et le changement... On est très léger en médaille face à eux.... Moi, je sais pourquoi...
Du coup, on travail sur le fond. Grâce au travail de mon DTN (Directeur Technique National), on met en place, petit à petit, de nouvelles méthodes. On y va doucement. On change certaines personnes pour d'autres, plus compétentes. On essaie d'entourer nos patineurs du mieux possible. On travail beaucoup sur leur environnement, la psychologie, parce qu'un athlète qui n'est pas bien encadré, pas bien dans sa peau, même s'il a du talent, il ne peut pas réussir dans ces conditions. Alors, on structure.

Date de création : 2011-11-08
Auteur :

0 Avis

Pas encore d'avis.

Déposer un avis

CGU - Gralon - Confidentialité
Accéder au site complet
© Gralon 2011-2020